François Fillon                                                                       Monsieur le Préfet d’Eure et Loir

Agrégé de Biologie-Géologie et

Professeur de Sciences de la Vie et de la Terre

59 rue Luther King

28500 Vernouillet                                                                  Le 4 mars 2005

 

 

 

Monsieur le Préfet,

 

Avec l’UFC (l’Union Fédérale des Consommateurs d’Eure et loir), les associations : SPVCV, AVERN, l’Amicale des Vallées, j’ai organisé dans l’agglomération drouaise trois séances d’information et d’analyse du projet de carrière à Saulnières.

 

Plus d’une centaine d’auditeurs, consommateurs d’eau inquiets et motivés, a voulu comprendre, savoir, pourquoi un tel projet de carrière était de nouveau envisagé en cet endroit de la vallée de la Blaise, alors qu’un rejet motivé par des considérations de santé publique (protection du réservoir aquifère Drouais) en 1999 semblait l’avoir condamné à jamais.

 

C’est en partant des photos des pertes et résurgences de la Blaise, de sa source à sa confluence avec l’Eure, de cartes géologiques, géomorphologiques, topographiques que l’hydrologie locale a été expliquée, découverte.

Chacun a pu comprendre que le bassin de la Blaise est un gruyère géologique où eaux de surface et nappe aquifère de la craie communiquent en permanence.

Cette nappe est très sensible aux pollutions de surface, qu’elles viennent des nitrates et pesticides agricoles, des pollutions industrielles, des décharges et remblais divers.

Tous les géologues, à commencer par le bureau de la recherche géologique et minière, insistent pour que les filtres naturels constitués par l’argile à silex sur les plateaux, colluvions et alluvions dans les vallées soient maintenus sur cette craie fissurée où tous les habitants du Drouais puisent leur eau potable.

 

Ce projet proposé à enquête publique en 2004 a des caractéristiques inquiétantes par rapport aux précédents :

 

 

 

 

 

Vallée du Ménillet,                             exploitation projetée sur 47 hectares

Morvilette                                       silex et sable 85%, argile 15%

 


                                                                                        argile à silex                      Saulnières

                                                                                        projet

                                                                                         d’extraction

                                                                                                                             

                                                                                                     Blaise                        

                                                                                                                                

                                                 

Craie fissurée                                                                                                   

                                                                                                               

                                    Toit de la nappe en liaison directe avec la nappe de la craie    

 


Représentation à main levée de la coupe Morvilette-Saulnières, le fond d’extraction à la côte 111 NGF, le niveau du toit de la craie n’étant pas renseigné.

 

Figure 1

 

Après exploitation, la carrière sera comblée, avec les argiles de décantation chargées d’un polymère toxique (lettre du président de la CAdD au préfet le 28 octobre 2004) et de matériaux dits ‘’inertes’’ provenant de la démolition d’immeubles ( risque : amiante, goudrons, peintures au plomb, métaux lourds…)

L’analyse géologique la plus élémentaire du site montre que ces substances, toutes chimiquement non neutres, seront directement versées dans les cinq à six mètres superficiels de la nappe de la craie, qui alimente, en aval du site, plus de 80 000 personnes.

 

La DRIRE a été informée de l’augmentation continue de la pollution en organochlorés et solvants des eaux de la nappe de la craie en vallée d’Avre et de l’Eure (sites de pollutions identifiés : Arche du Gazon, deux sites industriels à Dreux et un site à Villemeux)

La vallée de la Blaise est le dernier réservoir d’eau potable peu pollué industriellement dans la région.

La mise en place d’une usine de dénitratation permet aux Drouais de se payer chèrement une eau potable de qualité.

 

En conclusion, les auditeurs actifs à ces trois réunions :

 

  1. demandent au préfet d’appliquer l’arrêté préfectoral 2373 de son prédécesseur, du 15 septembre 1999 amenant le rejet de ce projet, les conditions hydrogéologiques ne s’étant pas améliorées.
  2. demandent au préfet, tenant compte des risques sérieux de contamination de leur seule ressource en eau potable, d’appliquer pour des raisons sanitaires de base, le principe de précaution en refusant ce nouveau projet.

 

 

Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, à l’expression de mes salutations respectueuses et me tiens à votre disposition, à la dispositions de vos services techniques et administratifs (DDASS, DDE, DRIRE…) pour contribuer à éclairer cet important projet en terre Drouaise.

 

François Fillon