MARRE LEMARE !!!

 

Monsieur Lemare souhaite qu’on ne lui fasse pas dire ce que il n’a pas dit , mais la formulation de son argumentaire,  révèle clairement, qu’il reste l’ardent défenseur d’un projet de carrière rejeté par la grande majorité des habitants de la région.

 

Il dit :

 « je n’ai pas à me substituer et contredire la décision d’un conseil municipal souverain » Nous lui rappelons, que si le conseil municipal de Saulnières est certes souverain, il ne l’est pas plus que ceux de Crécy-Couvé, de Fontaine les Ribouts ou d’Aunay sous Crécy qui ont voté contre

 

Il dit :

que le préfet doit veiller à ce que « le cahier des charges soit scrupuleusement respecté et si ce n’était pas le cas qu’il la fasse fermer immédiatement ». Quand une carrière est installée, nous savons que le « immédiatement » dure 10 ans en moyenne…

 

Il dit :

« il faut un maximum de garanties pour que ce paysage authentique qu’est la vallée de la Blaise ne soit pas modifié », il se moque du monde ! La seule garantie réelle est que cette carrière n’ouvre pas.

 

Sa dernière « perle » est révélatrice. Nous citons « on ne peut pas toujours aller chercher les matériaux chez le voisin ». Par contre « les voisins » peuvent venir déverser 2 500 000 tonnes de déchets de construction, à moins de 100 mètres de Saulniéres, saccager une vallée charmante, massacrer les efforts environnementaux  et culturels de Fontaine les Ribouts et de Crécy-Couvé (où  l’état a investit x millions dans le cadre de la ZPPAUP).

 

Pour couronner le tout, les déchets «des voisins» seront au contact de la nappe phréatique et nous savons maintenant que les risques de pollutions sur l’approvisionnement en eau potable de toute la région Drouaise sont énormes.

 

Qui paierait la future station d’épuration de Dreux ?

La filière pharmaceutique sera-t-elle sensible à ce cadeau de bienvenue ? 

 

La réalité est cruelle, et les envolées lyriques de Monsieur Lemare sur  «l’industrie du futur » et « la plate forme technologique » resteront poudre aux yeux, si les décideurs, déjà borgnes, continuent à avancer avec des œillères...