Saulnières le 7 octobre 2005

Monsieur le Préfet d’Eure et Loir, Patrick SUBREMON,

 

Vous devez statuer sur l’autorisation d’exploitation par GSM de la carrière de Saulnières.

Ce projet suscite une opposition flagrante.

Vous qui venez de reprendre ce dossier brûlant, à l’heure où vous seul allez devoir prendre cette décision, nous vous supplions de nous entendre :

-          Aujourd’hui, pas un jour ne passe sans qu’il ne soit question de nouvelles lois, nouveaux décrets, sur la protection de l’eau, des rivières, des nappes phréatiques, au niveau national, européen, planétaire

-          Les Chartes pour l’environnement et autres livres blancs fleurissent, pour le droit à la qualité de la vie

-          les circuits touristiques, les journées du patrimoine sont en pleine expansion pour faire découvrir le patrimoine urbain,  paysager et les monuments historiques de France

-          De nombreuses associations internationales de médecins (dont le Conseil National de l’Ordre des Médecins) se préoccupent des risques encourus par les populations en cas d’exposition à des substances carcinogènes

-          Comment allez-vous concilier les principes du « développement durable » avec l’implantation d’une carrière comme celle de Saulnières ?

Le dossier que vous avez dans les mains est un concentré de risques et de pollutions multiples. L’autorisation d’exploitation de cette carrière contredirait complètement les directives en cours à tous les échelons. Les pollutions engendrées par ce projet ne sont pas de simples aléas, ce sont des pollutions avérées. Les risques également sont sous-évalués : pollution de l’eau par les floculants dont les métabolites  monomère d’acrylamide et d’acrylate sont carcinogènes et par les hydrocarbures.

La seule raison de l’implantation de cette carrière, à 5 m au dessous du niveau supérieur de la nappe phréatique, sur le bord d’une rivière de première catégorie, à moins de 50 m d’habitations, dans une zone protégée par les bâtiments de France, est uniquement financière. Elle ne profite qu’à un seul propriétaire et à un groupe multinational. Pourquoi d’ailleurs le Maire de Saulnières n’a-t-il pas négocié pour sa commune avec le carrier un dédommagement décent ?

La commission des carrières s’est réunie le 27 septembre pour dire « OUI » à l’autorisation d’exploitation de cette carrière. Ce « oui » unanime sur un dossier si controversé, laisserait à penser que l’impartialité et les règles de la République ont été bafouées.

Une dernière fois, nous vous en prions, faites en sorte que votre passage en Eure et Loir ne soit pas entaché d’une sale « affaire », pensez au ‘’Gaucho’’, à l’amiante, au sang contaminé…

Vous ne pourrez pas dire « je ne savais pas ».

Soyez également assurés de notre détermination à nous pourvoir par toutes les voies de droit contre l’implantation de cette  carrière dans cette zone.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, d’assurance de notre parfaite considération.

 

SPVCV le Président, Michel Baton                        Signataire :